WCW World War 3 – Edition 1995

WorldWar31995

Voici le premier épisode d’une description d’un PPV de la WCW façon « Nitro era » qui a commencé il y a quelques mois de cela. La WCW a lancé il y a 3 mois sur la chaine TNT une nouvelle série hebdomadaire : WCW Nitro afin de concurrencer le géant WWF et son Monday Night Raw également diffusé le lundi soir. Le credo de l’émission « Where the big boys play » pour mettre en exergue le côté enfantin des gimmicks WWF. Que vaut ces débuts de la WCW dans sa nouvelle façon de faire ? Voyons ça tout de suite.

Quelques photos personnelles prisent sur le moment avec un téléphone seront dans l’article.

Le show a lieu à Norfolk en Virgine devant 12 000 spectateurs dans une magnifique arena avec un sublime dôme au sommet, ça a le mérite d’être précisé.

WW3Ring

Le spectacle commence avec une promo d’Hulk Hogan, Sting et Macho Man (les meilleurs amis du monde) auprès de Mean Gean. Hulk Hogan met fin à son côté « dark side » (où il était tout en noir… et c’est tout, quoique, il a pété son câble durant une édition de Nitro en demandant au Macho Man de lui ramener des membres de la Dungeon of Doom.)

Hulk Hogan Dark Side

Tremble Buffy

Hogan brûle donc ses anciens vêtements tout noir pour faire réapparaitre ses habits de lumières jaune et rouge. « Sting, I canna be your friend for ever » dit Hulk « I wanna say I’m sorry » dit Macho Man. C’est beau, de l’amitié si belle et si fraiche. « You know something » à chaque début de phrase de Hogan ça devient compliqué à supporter. Sting est plus intéressé par le feu causé par le t-shirt en flamme que par les paroles d’Hulk Hogan. Le Macho Man n’a déjà plus le bras cassé, 2 semaines après l’attaque vilaine de Lex Luger.

On montre une vidéo où Diamond Doll, fidèle accompagnatrice de DDP et donc son mari se prennent la tête, Diamond Doll dit qu’elle en a marre de lui. DDP passerait plus de temps à s’occuper plutôt que de jeter un oeil à cette femme qui s’occupe de lui « lui fait à manger » « nettoie ses fringues », bref le grand déballage de la crise des 10 ans dans un couple.

Le pourquoi :

Il y a un passif entre les deux hommes où Johnny B. Badd a battu DDP pour le titre World Television Champion, DDP veut donc sa revanche.

Premier match : DDP vs Johnny B. Badd – WCW World Television Championship

Le match est haché, DDP se cache derrière Diamond Doll, JBB est à deux doigts de la toucher mais heureusement rien ne se passe. Diamond Doll refuse de donner à son mari son « 10 ».

Depuis le début de Nitro Johnny B Badd est un privilégié, il a le droit à des matchs assez long par fois même à la limite du temps imposé par le time keeper (20 minutes), ce qui est assez surprenant quand les matchs de Luger et consorts tournent à tout péter autour de 10 minutes.

Johnny B. Badd a fait un passage à la WWF plus tard sous le nom de Marc Mero, le pseudo boxeur. Johnny B Badd fait des avances à la femme de Page qui répond positivement en sortant un panneau 10+. DDP ne se laisse pas avoir, même un piledriver ne le rive pas au tapis, l’ambiance devient de plus en plus chaude avec Johnny B Badd qui est obligé d’enchainer 2 sauts au dessus la troisième corde, vers l’extérieur et vers l’intérieur du ring pour retenir son titre.

Diamond Doll vient dans les bras de Johnny B Badd. Je n’ai pas les faits entier sur cette histoire car elle semble avoir été concertée durant les épisodes de la WCW du samedi et je n’ai malheureusement pas eu accès à ces shows.

Mene Gene interview JBB avec Diamond Doll, JBB fait les éloges de DD en disant qu’il s’occupera bien d’elle. JBB demande à DD si elle veut devenir la manageuse du champion télévision.

Le pourquoi :

Le match a lieu parce que Duggan avait couté la victoire à Bubba il y a quelques jours alors qu’il tentait de tricher.

Deuxième Match : Big Bubba vs Jim Duggan

Big Bubba se fait attaquer directement par Duggan pendant son entrée. Big Bubba était aussi un visage connu car à la WWF il était présent sous le nom du Big Boss Man.

Visiblement le match peut avoir lieu sur n’importe lequel des 3 rings. Bubba triche avec une bande collante en enroulant la bande autour du bras de Duggan et sur la troisième corde. IRS tente d’intervenir mais se fait recaler par Duggan . Bubba cherche un objet interdit dans son pantalon (Ma copine me le fait remarquer en disant « Il se touche les boules »).  Big Bubba remporte le match.

Promo de Ric Flair

Troisième Match : Mayumi Ozaki & Cutie Suzuki vs Bull Nakano & Akira Hokuto

Première fois depuis que je vois un match féminin depuis que je regarde Nitro.

Que des japonaises, une sorte de Puro Style, je ne connais pas le pourquoi du comment de ce match. On a le droit a un très très impressionnant quadruple angry stomp sur Bull Nakano.

Victoire de Nakano et Hokuto

Promo de Jimmy Hart avec Lex Luger. Hart parle, se retourne pour arrangeur le public en attendant Luger était en position de high five et se prend un vent GIGANTESQUE.

IMG_3521

Jimmy Hart tourne le dos à la grosse main de Lex Luger, ce n’est plus un vent, c’est un ouragan !

Quatrième match : Kensuke Sasaki vs Chris Benoit – WCW US Championship

La mafia japonaise semble s’installer au sein de la WCW via Sasaki et son manager Sonny Onoo. Match super technique. Depuis une poignée de semaines, Chris Benoit est membre des 4 Horsemen, visiblement ça s’est fait à la suite d’une émission un samedi. Le japonais s’impose après un match solide.

Promo du Taskmaster, The Giant. Rien qui sorte de l’ordinaire, je me demande juste pourquoi le Taskmaster a une tenue qui ressemble à celle de Pikachu. En clair, le Giant va se débarrasser de tous ses opposants pour remporter le titre.

Nouvelle promo, cette fois ci, c’est au tour du Macho Man qui dit qu’il va dégommer Lex Luger alors qu’il pensait être son ami.

Cinquième match : Macho Man Randy Savage vs Lex Luger

Le pourquoi :

Match sur fond de règlement de compte entre les deux hommes. Luger fait son arrivée lors du premier épisode de Nitro en provenance de la WWF, les lutteurs ne savent pas si c’est du lard ou du cochon et donc s’il est face ou Heel. Luger annonce d’entrée qu’il en a marre de lutter contre des enfants et veut se battre contre de vrais hommes (WCW, « Where the big boys play ») et donc veut le titre d’Hogan mais qu’il prendra le temps qu’il faut pour faire les choses bien. Le truc, c’est que Hogan a déjà une feud sur le feud avec la Dungeon of Doom de Kevin Sullivan et du Giant et au PPV qui vient (Fall Brawl, dans un match avec 2 rings côte à côte entourés d’une grande cage), la team Hulkamania a besoin d’un membre de confiance pour botter l’arrière train démoniaque de la bande au Giant. La semaine qui suit, Macho Man propose que Luger face partie de l’équipe Hulkamania (w/ Hulk Hogan, Sting et M.M), Hulk et Luger acceptent. Hogan se fait botter le cul par le Giant et au PPV qui suit, Holloween Havoc, Luger retourne carrément sa chemise de façon très sale en frappant Hulk Hogan et rejoint donc la Dungeon of Doom. Macho Man en a forcément gros sur la patate de cette trahison et crie à la vengeance, entre temps, Luger lui pète le bras mais pas de soucis, deux semaines après le bras fonctionne mieux et un match entre Macho Man et Luger est mis en place.

Le match : Serré jusqu’à ce que Luger sorte son Torture Rack en dehors du ring et remonte le corps inerte du Macho Man sur le ring. Va t’il faire un tomber ? Non ! Il préfère s’attaquer au bras abimé de Savage qui ne peut même pas abandonner car il est déjà dans les pommes. Après que la cloche sonne, Luger continue d’appliquer sa soumission mais Sting arrive sur le ring pour lui parler (2 semaines auparavant, Luger était venu calmer Sting en une phrase, Sting semble vouloir en faire de même). Rare de voir à cette époque un homme en calmer un autre en lui parlant posément. J’ai mal à mon catch ! Le match est rapide, un peu plus de 5 minutes.

Lugger (Ou le « gars avec un grand front » d’après ma copine) remporte donc le match par K.O, je suppose.

Sixième match : Ric Flair vs Sting

Le pourquoi :

La feud légendaire de la WCW entre les deux lutteurs à travers des semaines, des mois et même des années. Au dernier PPV, Halloween Havoc, Ric Flair fait un mauvais coup à Sting en lui faisant croire qu’il avait besoin de lui mais en fait non, il s’agissait simplement d’un guet-apens de la part des nouveaux 4 Horsemen. Aujourd’hui, c’est l’heure de comptes.

Ce qui est intéressant c’est que ce n’est pas le Sting qu’on connait aujourd’hui, pas celui avec les peintures noires et blanches mais un Sting plus jouasses, avec des couleurs criardes à en subir une opération avancée des rétines, évidemment, le Sting des « ténèbres » et le Sting flashy est le même lutteur, Steven Borden de son nom mais j’ai hâte de savoir ce qui est arrivé au personnage pour changer littéralement de personnalité.

Le match : Dès le début du match, Flair fait le malin en changeant de ring et forçant donc le Stinger à quitter sa zone de confort. Sting rentre dans le tas et arrive à faire pendant un temps la différence mais le Ric Flair tel qu’on le connait n’a lui jamais changé et en un aveuglement renverse la vapeur pour enchainer sur ses célèbres atémis. Ce Sting est néanmoins remuant et c’est super de voir l’énergie qu’il développe sur le ring, son move list n’a certes rien d’impressionnant mais il a ce charisme qui fait automatiquement de lui un lutteur digne d’intérêt. Sting reprend d’ailleurs le contrôle mais Flair change de suit de ring. Sting montre qu’il est fait de fer et ne ressent pas la douleur des attaques du Nature Boy.

La domination se fait au tour par tour et Flair prend toujours l’avantage avec les mêmes mouvements que durant les années 2000, ce lutteur est vraiment intemporel et je me rends simplement un plus compte de la légende qu’il représente pour la génération précédente, un globe trotteur des fédérations, des titres avec un style qu’il ne changera jamais et qui en fait sa marque de fabrique et qu’on ne peut que qualifier par son surnom « The dirtiest player in the game » tout en restant très classe.

Flair arrive à appliquer son Figure 4 leg Lock mais Sting le retourne et multiplie les prises de force, Flair s’énerve et tente de s’attaquer à l’arbitre… Qui le fout au sol ! Flair exécute une dernière tricherie mais n’arrive pas à finir le Stinger qui continue son travail de sape sur son adversaire via des coup de poings sur le coin du ring, les deux hommes sont sur la troisième corde… Superplex !!!! Scorpion Deathlock… Flair abandonne ! Sting tient sa revanche et peut fêter avec les fans sa victoire.

Septième match : 60 Men Battle Royal – WCW World Heavyweight Championship

C’est le grand moment, on annonce le 60 men Battle Royal et tout cela sur 3 rings. Je ne sais pas comment les choses vont s’organiser mais la stipulation est totalement dingue.

Le pourquoi :

Le vainqueur remporte le titre de World Heavyweight Champion qui est vacant à la suite de la victoire du Giant sur Hulk Hogan par disqualification, une malversation intégrée dans le contrat du match stipule que si le Giant gagnait même par disqualification, le titre lui revenait ! Cette stipulation avait été ajouté en secret par Jimmy Hart qui était le manager de Hogan et qui l’a donc trahit en faisant cela ! Après Luger un autre ami lui a donc tourné le dos, tout fout le camp pour le Hulkster ! Fort heureusement, l’équipe juridique de la WCW est habile et relis la phrase de Jimmy Hart qui était « Si Hogan perd par disqualification, il doit donc abandonner le titre » et donc rien n’indique que le Giant remporte le titre, certes Hogan le perd mais personne ne le remporte. On y apprend donc que les talents d’avocat / notaires de Jimmy Hart sont aussi foireux que les tirs d’Ibrahima Bakayoko quand il jouait à l’Olympique de Marseille. Résultat des courses, plus de champion poids lourds !

Moral de l’histoire : Les enfants, quand vous signez un contrat : Ne faites pas comme Hulk Hogan et LISEZ LE !

On revoit cette scène très étrange où une momie (?!) vient aider les Dungeons of Doom pour laminer Hulk Hogan lors d’Halloween Havoc.

C’est un Hulk Hogan sans moustache car rasée par les Dungeon of Doom qui va tenter de faire en sorte de reprendre son titre.

La WCW annonce que cette World War 3 va comporter des lutteurs de partout dans le monde (drapeau de l’Italie, Allemagne, USA, Corée du Sud, Corée du nord, Canada, Japon, Mexique… France !!! Mesdames et messieurs, qui sera notre représentant ?)

Hogan fait sa promo d’avant match en annonçant évidemment de sa voix aussi roque que celle de Jeanne Moreau qu’il va reprendre le titre car il mérite et évidemment en déchire son t-shirt.

Il précise que c’est du chacun pour sa peau malgré la difficulté du match tout en soulignant le fait qu’il soit l’homme à abattre mais heureusement il a des gros muscles, des amis super cool comme Sting et macho man et qu’il espère qu’il n’aura pas à utiliser cette amitié pour gagner car il doit démontrer pour ses fans qu’il est le meilleur.

On nous remontre cette ceinture qui deviendra quelques années plus tard la ceinture de World Heavyweight Champion de la WWE. Bischoff et Dusty Rhodes arrivent à la table des commentateurs. On nous présente ce match comme les plus incroyable du business. On nous présente encore d’autres commentateurs ! Larry Zbysko et Chris Cruise (on en est à 6 commentateurs, 2 pour chaque rings je présume).On peut pour le moment être sûr que Chris Cruise ne ressemble pas à Tom Cruise. Bref, après 20 minutes de build up on en arrive enfin à la présentation des participants ! J’essaye d’en faire un maximum :

Arn Anderson, Alex Wright, Brian Knox, Ricky, Montana, Scott Armstrong, Sting, ??, ??, Disco Inferno, Meng… Stevie Ray… Lex Luger… Eddie Guerrero… The Giant… Paul Orndorff… Chris Benoit… Randy Savage… Buff Bagwell… Zodiac… Wall Street… DPP… Brian Pillmann… (Je fais les principaux ou que je reconnais)… Hawk… Johnny B Badd… Steven Regal… Kevin Sullivan… Jim Dugan.. Booker T… Ric Flair… Hogan… ON NOUS A MENTI ! Où est la France ? C’est un scandale ! Ni même de Nord Coréen mais là c’est moins une surprise.

Les 60 lutteurs sont répartis sur les 3 rings. LET’S GET READY TO RUMBLE !

On ne sait pas où donner de la tête, ça envoie des pêches de partout, on a 3 écrans splittés pour ne rien manquer, un inconnu au bataillon a été éliminé… C’est d’ailleurs enfin une occasion de se rendre compte que le roster WCW est beaucoup plus grand que les 12 lutteurs max qu’on voit continuellement à Nitro. Apparemment les éliminés peuvent aider ceux qui sont dedans en tenant des mecs qui sont sur les côtés du ring, c’est du grand n’importe quoi. Du catch comme on l’aime donc.

Arn Anderson et Ric Flair attaquent Sting en dehors du ring. On se sort de toute les façons saufs de façon légal pour le moment donc il n’y a pas vraiment d’éliminés. Hogan vient aider Sting en faisant de la face de Flair sa priorité. Quel homme ce Hogan.

Apparemment, Lex Luger a été éliminé mais les arbitres l’ont pas vu. On se croirait en Ligue 1… Du coup Luger n’est pas éliminé. Une coalition contre Hogan est en train de se former dans son secteur mais le Hulkster tient bon. Je suis en train d’espérer secrètement qu’Alex Right va gagner le combat, et au moment où je dis ça on le voit tenter d’éliminer un adversaire mais il galère. Les éliminations contrairement aux battle royals qu’on connait se connait se font très lentes.

On vient de perdre Mr Wonderfull qui entretemps arrive à mettre une grosse tarte à Lex Luger. Les caméras sont d’avantages tournées évidemment vers les têtes de liste c’est à dire les lutteurs qui ont déjà eu un match ce soir. Lex Luger est en dehors du ring mais je n’arrive pas à savoir s’il est éliminé ou non, en tout cas il frappe toutes les personnes qui sont à proximité des cordes. Les commentateurs se laissent la place comme les commentateurs sur les différents courts de Roland Garros. Arn Anderson vient de tenter de mettre K.O Luger mais ce dernier contre, on a donc 2 heels à la lutte.

Hulk Hogan est très très mal sur le ring Philippe Chatrier avec 5 lutteurs qui veulent le faire sortir mais Jim Duggan vient à son secours.

En attendant, sur le Lenglen, le Giant fait le ménage en éliminant 3 hommes d’un coup, Sting tente de le calmé mais c’est peine perdu. Sur ring 3, bonne ambiance barbecue et course en sac, Pillman fait des Taunts des 4 Horsemen, Benoit n’a encore tué personne pour on a 3 grandes cordes.

J’ai du mal à tout suivre mais apparemment Luger vient de monter sur ring numéro 2 donc il n’était pas éliminé… Ce qui est logique du fait qu’il soit une tête de liste actuelle de la WCW. Le ring 3 est presque vide au point qu’il y a plus de lutteur autour que dedans. Tout le monde se rend maintenant sur le ring numéro 1. On a donc passé un étape.

One man gang, Zodiac et le Taskmaster (3 membres des D.o.D) s’attaquent à Hogan. Zodiac qui était Brutus Beefcake à la WWF tente péniblement d’exister sur le peu de plan donc il bénéficie. Le ring 1 est totalement blindé, on se croirait au Duplex à Paris un samedi soir. Macho Man veut faire remonter Lex Luger sur ring mais c’est compliqué quand on a plus qu’un seul bras de disponible. Les arbitres se marchent dessus et une civière passe. Pendant ce temps Disco Inferno vient de nous quitter.

Je crois voir environ 21 lutteurs sur le ring (ok je dois avouer que j’ai fait pause pour tenter de compter, je dis bien tenter). Booker T se sort tout seul alors que le caméraman zoomait sur lui, du grand art. Pendant se temps, c’est le chassé croisé entre le Macho Man (non éliminé) et Lex Luger (de même), le Macho Man a une meilleure utilisation de son bras au vu de ce qu’il fait. On perd en même temps DDP et Johnny B Badd. Chris Benoit est éliminé avec un suicide dive. Sans commentaire.

Plus personne ne se bastonne en dehors du ring et tous les non éliminés sont sur le ring. Evidemment Sting et Ric Flair sont concentrés l’un sur l’autre. Evidemment, au moment où je dis ça, le Giant s’occupe de Flair. Hogan sort Hawk, Guerrero est plein de sueur et vient de subir un flyin clothline de Sting. Pourtant Gerrero enchaine sur Anderson et Flair, belle session de Gurrero qui subit juste derrière le Figure 4 de Flair. On a beaucoup plus de visibilité et les individualités sont plus lisibles sur le ring désormais. Il nous reste de grosses têtes de listes. Hogan, Flair, Anderson, Giant, Luger, Sting, Macho Man et… One Man Gang.

Et en 3 secondes d’intervalles on perd Flair et Anderson ! Pas de Horseman avec un titre ce soir ! One man Gang qu’on pas vu à Nitro depuis 3 mois est toujours là. Pour le moment, Sting et Luger (Face et Heel) s’y mettent à deux pour tenter de sortir le Giant ! Hogan veut donner un coup de main et… Sort les 3 ! Je ne comprends pas encore l’histoire d’amitié Sting-Luger mais… mais… Pendant que Hogan était pourtant venu frapper le Giant hors du ring en passant sous la première corde, Savage est déclaré vainqueur du combat ! L’arbitre pensait que Hogan était sortie de façon éliminatoire ! Savage lève le bras (cassé) mais Hogan veut comprendre l’embrouille en mimant sa sortie du ring. L’arbitre maintient son choix… Hogan demande au public son avis, mais on a jamais vu un arbitre de catch changé d’avis parce que Jean Michel en tribune nord, rang 55 place 146 a dit qu’il a vu une tricherie ! Réfléchis Hogan ! Mean Gene tel un héros monte sur le ring pour démêler le vrai du faux dans cette histoire. Hogan reste accroché au Macho Man pour lui expliquer la situation, en attendant on donne la ceinture au Macho Man qui explique qu’il n’a rien vu. Hogan fait la gueule… Forcément ! Mean Gene interview Hogan qui mime ENCORE sa sortie du ring, refais le une 20ème fois qu’on comprenne. Macho Man dit qu’il a rien vu donc il peut rien dire mais au cas où… C’est lui le champion. Hogan demande au public de gueuler qu’il n’a pas été éliminé qui confirme donc ses dires. Quel embroglio.

Hogan trouve la solution. Il propose un match pour le titre le lendemain à Nitro et conseil au Macho Man de regarder la cassette (oui, la cassette, on est en 1995) pour qu’il voit qu’il n’a jamais passer la troisième corde. Le tout se termine dans une ambiance bonne enfant, le Macho Man charrie Hulk Hogan avec un « OH YEAH ». Les deux fêtent la victoire de Macho Man. Retour vers Schiavonne et Bobby The Brain… On parle du soucis, comme d’habitude the brain en veut à la terre entière pourtant en début de PPV il disait qu’il voyait bien Randy Savage gagner.

IMG_3524

Générique de fin.

Des 3 PPV qui sont proposés depuis le début de l’ère WCW Nitro, World War 3 est celui que j’ai préféré, on a eu le droit a de l’action, du catch technique et diversifié, une fin en queue de poisson pour créer le suspens pour la suite de Nitro. La découverte de ce type de match était super intéressante quoi que quand même par moment totalement brouillonne, surtout quand on le visionne pour la première fois.

Les questions en suspend à la fin du PPV :

– Quelle est cette « mafia » japonaise qui se met en place au sein de la WCW ?

– Qu’en est-il de l’accord Sting – Luger ?

– Le match Macho Man vs Hogan va t’il avoir lieu ?

– Comme va se passer la feue entre les Horsemen et Sting ?

– Comment le Giant va réagir à son non gain du titre ?

– Quels matchs au hasard et sans build up vont avoir lieu lors de Nitro ?

Les réponses prochainement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s